Rejoindre la fonction publique

Le déroulement de carrière d’un agent public

Publié le 11 Août 2020 - 71 vues

Avec 5,53 millions d’agents publics employés en 2017, la fonction publique reste le premier employeur de France. Les trois versants de la fonction publique (FPE, FPH, FPT) comptabilisent plus de 500 métiers. Un nombre qui promet des carrières aussi dynamiques et diversifiées que celles du secteur privé. Cependant, la carrière d’un agent public évolue différemment de celle d’un salarié du secteur privé. Faisons le point sur le déroulement de carrière d’un agent public.

Le recrutement dans la fonction publique se fait principalement sur concours. Néanmoins, il reste possible de l’intégrer et d’occuper des postes sans passer par la voie de concours. C’est, par exemple, le cas des agents contractuels ou des postes qui n’exigent pas de qualification particulière.

La titularisation

Une fois le concours passé et réussi, l’agent public doit se faire titulariser pour devenir fonctionnaire. Cette titularisation permet à l’agent public d’être nommé en permanence à son poste. Autrement dit, ce processus donne à l’agent public une garantie d’emploi. Cependant, avant la titularisation, le futur fonctionnaire doit passer une période probatoire, appelée période de stage. Ce stage est l’équivalent de la période d’essai dans le secteur privé. Il sert à vérifier les aptitudes de l’agent public à exercer ses fonctions.

Avancement d’échelon et de grade

Dans la fonction publique, tout fonctionnaire appartient à un corps ou cadre d’emploi selon la fonction publique pour laquelle il travaille. Ces corps et cadres d’emplois sont classés en 3 catégories hiérarchiques : A, B et C. La catégorie A correspond au niveau le plus élevé, en termes de responsabilité et de rémunération, et la C correspond au niveau le moins élevé.

Ces corps et cadres d’emplois définissent les tâches et les différentes missions qui seront à effectuer par le fonctionnaire dans le cadre de sa prise de poste. Les catégories représentent les niveaux de responsabilité des postes. Chacun des corps ou cadres d’emplois comprend des grades composés de plusieurs échelons. Il est donc possible pour un fonctionnaire d’avancer vers l’échelon supérieur dans un même grade. Ainsi, il pourra, à long terme, avancer vers le grade supérieur. Pour cela, l’échelon le plus élevé de son grade actuel doit être atteint. Il peut également changer de corps ou de cadre d’emploi, notamment grâce à la mobilité.

L’avancement d’échelon se fait automatiquement au fil des années. C’est l’avancement d’échelon par ancienneté. Tout avancement d’échelon entraine une augmentation de salaire, mais n’a pas d’effet sur les fonctions exercées.

Pour chaque grade des corps ou cadres d’emplois, il y a un nombre d’année de service exigé pour passer d’un échelon à l’échelon supérieur. Par exemple, le grade de professeur des écoles de classe normale comporte 11 échelons. Il faudra exercer son service pendant une année pour passer du 1er échelon au deuxième. Par contre, une fois l’échelon 5 atteint par exemple, il faudra que le professeur des écoles exerce son service pendant deux ans et six mois pour passer au 6e échelon.

Un fonctionnaire peut également bénéficier d’un avancement d’échelon au mérite. Pour cela, il peut tenter des concours, si son niveau d’étude le lui permet, afin d’accéder à des postes à plus haute responsabilité. Il peut également profiter d’une promotion interne pour faire évoluer sa carrière.

Promotion interne

La promotion interne permet à un fonctionnaire d’accéder à des fonctions et à un emploi de niveau supérieur. Pour ce faire, le fonctionnaire évoluera vers le corps ou le cadre d’emploi supérieur, mais toujours au sein de la même fonction publique.

Cette promotion interne peut être attribuée directement par l’administration employeur, si elle le décide, ou après examen professionnel. Dans les deux cas, les fonctionnaires retenus pour être nommés dans un nouveau corps ou cadre d’emploi sont inscrits sur une liste d’aptitude.

Pour prétendre à cette promotion, les fonctionnaires doivent remplir certaines conditions fixées par le statut particulier du corps ou cadre d’emploi d’accueil. Tous les corps et cadre d’emploi ont un statut particulier qui détermine l’organisation des recrutements et des carrières, la rémunération et donne tous les détails des fonctions à exercer dans le cadre des différents emplois. Les conditions sont les suivantes :

  • Âge
  • Ancienneté
  • Type d’emploi (la catégorie)
  • Formation professionnelle (il est nécessaire d’avoir accompli une durée minimale de formation)

Ces conditions doivent être remplies au 1er janvier de l’année au cours de laquelle la liste d’aptitude d’accès au corps ou cadre d’emploi d’accueil a été établie.