Recruter pour la fonction publique

Reconnaître la falsification d'un CV

Publié le 6 Mai 2020 - 111 vues

La définition de fraude sur le CV n’est pas vraiment nécessaire dans cet article. Tout le monde identifie ce que c’est, n’est-ce pas ? Certaines études montrent que la moitié des candidats n’hésitent pas à enjoliver leurs expériences, ou à embellir leur présentation.
Toutefois, ayez conscience, que le jeu n’en vaut pas la chandelle. Les conséquences pour s’être laissé duper peuvent être lourdes. Vous pourriez embaucher une personne sur des mensonges et vous rendre compte tardivement qu’elle n’a pas les compétences nécessaires pour le poste. Si le candidat a pu vous mentir lors du processus d’entretien, il peut aussi mentir lorsqu’il effectue des tâches quotidiennes au travail et entraîner des perturbations dans votre équipe. Se tromper de candidat à l’embauche peut coûter cher tant financièrement que sur l’aspect organisationnel. C’est pourquoi vous avez tout intérêt à suivre les règles qui préviennent les fraudes.

Des mensonges habituels sur un CV :

La falsification d’un curriculum vitae, en embellissant son niveau de responsabilité par exemple, peut être de « petits » mensonges sans grande conséquence, ni pour le candidat ni pour le recruteur. Cependant, certains mensonges sont des fraudes beaucoup plus graves comme l’invention pure et simple d’employeur et d’expérience professionnelle. Voici quelques exemples courants :
• Modification de date afin de cacher les potentielles carences dans un CV.
• Diplôme (ou autre attestation de compétence) falsifié.
• Amplification des responsabilités via le titre d’un poste.
• Attribution totale des mérites d’un travail en équipe.

Comment empêcher d’être berné ?

Il est vrai que, lorsque la situation économique est difficile, les personnes en recherche d’emploi subissent une telle pression qu’ils pensent ne pas avoir d’autre choix que de mentir en falsifiant leur CV.

Quelques conseils pour éviter de vous faire duper  :

Tout d’abord, pour repérer un CV falsifié, analysez correctement le profil du candidat en amont et marquez d’un drapeau rouge les points à éclaircir, douteux ou que vous ne comprenez pas. Lors des premiers échanges, téléphonique ou autre, vous aurez alors l’occasion de le questionner à ce sujet.
A propos des compétences que le candidat affirme avoir acquises, vous pouvez faire passer plusieurs tests pour évaluer le réel niveau sur le sujet ou l’outil.

Si vous doutez de l’authenticité des diplômes, vous êtes en droit de demander au candidat une preuve officielle.

En amont de l’embauche officielle du candidat

Nous vous conseillons de vérifier les antécédents du candidat, soit les références et les emplois précédents. Dans la fonction publique, on demande régulièrement un extrait du casier judiciaire numéro 3. Ces recherches peuvent être faites par le personnel interne à votre entreprise ou par une agence spécialisée.

N’hésitez pas à être direct en inscrivant sur vos annonces que la falsification d’un CV constitue une fraude pouvant entraîner le congédiement. Ainsi le candidat aura conscience des conséquences auxquelles il s’expose. Il en prendra toute la responsabilité s’il choisit de ne pas admettre avoir survendu son profil avant d’accepter votre offre d’emploi.

Et pourquoi ne pas fermer les yeux sur un mensonge, juste pour cette fois ?

Enfin, être laxiste en fermant les yeux sur quelques CV sans procéder à des vérifications poussées peut être parfois tentant. Est-ce que cela pose un véritable problème ?
Dans la mesure où le poste à pourvoir ne requiert pas de hautes responsabilités, cette étape n’est pas indispensable. Si vous connaissez déjà le candidat ou s’il vous a été recommandé par une personne de confiance, cette étape ne sera également pas nécessaire car le risque sera moins grand.

+ d'articles