Le magazine des carrières publiques

Vie et bien-être au bureau

5 conseils pour gérer la (sur)charge mentale au bureau



« On ne peut pas contracter le doigt et le détendre en même temps», rappelle le neurobiologiste Jean-Philippe Lachaux dans l’émission La Tête au Carré. Évident ? Pourtant, c’est cette exigence contradictoire que l’hyperconnexion et le travail multitâches font subir à nos neurones, jusqu’à l’excès de charge mentale. Pour se protéger, deux solutions : s’isoler dans une grotte… Ou utiliser des outils adaptés !

C’est prouvé : la surcharge mentale nuit au travail. Dans un documentaire sur l’hyperconnexion, des chercheurs affirment que le travail multitâches augmente le temps de traitement et les erreurs, que les mails provoquent stress et baisse de productivité, que la capacité d’attention baisse…

Bien gérer sa boite mail

L’ennemi numéro un de la surcharge mentale, c’est le mail. Pour éviter la surcharge d’informations, le MOOC Gérer son temps à l’ère du digital suggère de trier sa boite mail en deux dossiers : « À traiter » et « Archives ». A la réception d’un mail, il est conseillé de faire immédiatement ce qui prend moins de deux minutes, et de planifier le reste. Il est aussi préconisé d’éviter de lire ses mails dès l’arrivée au travail, et de se fixer un nombre limité de consultations quotidiennes. Pour les urgences, le téléphone est plus adapté.

Découper chaque tâche en plusieurs « mini-missions »

Dans le documentaire de Laurence Serfaty, le neurologue Jean-Philippe Lachaux propose de décomposer chaque tâche en plusieurs « mini-missions ». La célèbre méthode GTD de David Allen s’appuie sur cette idée. Pour faire sa to-do list, il existe des applications sur smartphone – mais un bon vieux calepin peut faire l’affaire.

Rester concentré avec la méthode Pomodoro

Pour la concentration, la méthode Pomodoro (« méthode tomate ») est simple et très efficace. Elle consiste à découper le temps de travail en tranches de 25 minutes, entrecoupées de pauses de cinq minutes. Elle peut se mettre en place avec une application comme Brain Focus. Autre outil, l’application Quality Time qui bloque les notifications du smartphone. Plus originale, l’application Coffeetivity reproduit le fond sonore d’un café : d’après certaines études citées par Slate, travailler dans un bruit raisonnable stimulerait la créativité.

Contrer l’effet Zeigarnik pour garder la motivation

En 1927, la psychologue Russe Bluma Zeigarnik avait remarqué que l’humain se souvenait mieux d’une tâche inachevée qu’achevée. C’est l’effet Zeigarnik. Pour le contrer, prendre quelques minutes le soir pour considérer les choses faites ou, comme le propose le site Cadreo, adopter des supports qui gardent la mémoire des tâches achevées.

Faire des pauses… productives !

Dans le documentaire Hyperconnectés : le cerveau en surcharge, le chercheur Francis Eustache souligne l’importance de temps de relâche pour laisser le « réseau par défaut » du cerveau, essentiel à la mémoire, s’activer. Pour faire une pause, plusieurs moyens : sortir, rêvasser… Ou s’accorder quelques minutes de respiration avec une application comme Respirelax.

 

La bonne nouvelle, c’est que les neurones fonctionnent comme des muscles. Ainsi, plus ils seront entraînés, plus le cerveau sera résistant à la surcharge mentale !

Julie Desbiolles

Soyez la première personne à commenter cet article