Le magazine des carrières publiques

Focus : métiers de la fonction publique

Focus métier : opérateur de vidéoprotection



C’est à lui que revient la lourde responsabilité d’assurer la sécurité des lieux, des espaces et des bâtiments publics. L’opérateur de vidéoprotection a un œil collé en permanence sur les images de vidéosurveillance. Il lui revient dès lors de déclencher au besoin une intervention ou de verbaliser des infractions.

Une surveillance plus globale

 

Cet agent de la police municipale a pour mission d’assurer la sécurité publique. Face à ses écrans, il patrouille, par caméras interposées, dans les secteurs de la commune équipés de vidéosurveillance. Les secteurs repérés comme étant plus sensibles (centre-ville, abords des établissements scolaires, etc.) font donc l’objet d’une attention plus particulière. Ainsi, à partir de son pupitre de commande, l’opérateur de vidéoprotection complète l’action de terrain.

Lors de grands événements populaires, il apporte une véritable plus-value. Les bandes étant enregistrées, l’opérateur de vidéoprotection accompagne et met ainsi les images à  disposition de la police pour lui permettre de retrouver des preuves. Grâce aux indices contenus dans ces bandes, un nombre croissant d’enquêtes trouve sa résolution .

 

Verbaliser les infractions

 

De plus en plus de communes et d’intercommunalités s’appuient sur la vidéoverbalisation pour favoriser le civisme sur leur territoire. L’agent de vidéoprotection doit alors sortir deux clichés indubitables pour attester de la véracité de l’infraction, si celle-ci est contestée. Autant de nouvelles responsabilités qui réclament du côté des opérateurs un certain nombre d’aptitudes, comme le travail en continu devant les écrans, le travail en décalé ou encore la maîtrise des outils technologiques…

 

Pour devenir opérateur de vidéoprotection, deux formations existent :

 

  •  CAP Agent de prévention et sécurité (APS), sur 2 ans avec un stage de 15 semaines ;
  • BAC technologiques sciences et technologies industrielles (STI), spécialité génie électrique et génie électrotechnique ;
  • Pour devenir gardien-brigadier de police municipale, l’obtention du concours de la fonction publique territoriale d’agent municipal (catégorie C) est obligatoire. Ce sont les centres de gestion de chaque département qui organisent ces concours.

Soyez la première personne à commenter cet article