Le magazine des carrières publiques

Focus : métiers de la fonction publique

Focus métier : chargé(e) de communication



C’est un des métiers dont le positionnement a grandement évolué ces dernières années dans la fonction publique territoriale. Au cœur d’une guerre qui ne dit pas son nom, les territoires ont besoin de se vendre.

Cette capacité à communiquer est devenue un enjeu pour attirer les entreprises et rassurer celles qui sont déjà en place. Mais également pour envoyer des ondes positives aux habitants concernant le potentiel de développement du territoire.

« J’ai connu la communication institutionnelle à la papa, où tous les territoires étaient beaux et gentils. Aujourd’hui, c’est un secteur qui s’est énormément professionnalisé. Car bien vendre son image, c’est aussi important pour un élu que de savoir choisir les bons projets à défendre », assure un ancien directeur de la communication dans une grande collectivité.

 

Créer les propres conditions de sa visibilité

 

Les chargés de communication ont pour fonction de prendre un sujet à bras le corps et de le mettre en évidence auprès d’autrui ; des partenaires, des journalistes, des habitants, et ce à travers plusieurs outils : plaquettes, sites, colloques, réseaux sociaux, etc. Le temps où les attachés de presse attendaient fébrilement l’arrivée des journalistes est révolue. Aujourd’hui, la communication institutionnelle peut se faire sans les journalistes, qui apporteront au mieux leur onction. Désormais, la collectivité se doit de créer elle-même les conditions de sa propre visibilité. Finalement, l’audace des démarches et la manière de les relayer bâtiront la fameuse démarche efficiente. Les chargés de communication sont donc les chefs d’orchestre de politiques publiques dont il faut mettre en évidence à la fois le bon sens et l’utilité, le tout enrobé d’une bonne impulsion prospective.

 

La communication, souvent une reconversion journalistique

 

Les chargés de communication sont généralement d’anciens journalistes ou des attachés de presse. Ils sont souvent contractuels et appartiennent au service de communication de la collectivité. Certains d’entre eux sont directement rattachés à des services ou à des équipes de projet. Ils doivent être à la fois audacieux dans la manière de proposer des campagnes de communication multidimensionnelles et être en capacité d’en écrire l’histoire. Leur sens relationnel est, bien entendu, un prérequis évident. Vendre son territoire, c’est l’aimer un peu, beaucoup, passionnément…

Soyez la première personne à commenter cet article