Le magazine des carrières publiques

Focus : métiers de la fonction publique

« Data protection officer », un métier d’avenir



Vous êtes intéressé par l’informatique, le juridique et vous êtes pédagogue ? Devenez délégué à la protection des données personnelles !

14% : d’après la Banque des territoires, c’est le nombre de communes qui avaient désigné leur DPO en novembre 2018… Alors qu’il est obligatoire dans la plupart des entreprises et administrations publiques depuis l’entrée en vigueur du RGPD, en mai 2018. Si vous êtes intéressé par l’informatique et le juridique, c’est le moment de se glisser dans la brèche !

 

Le délégué à la protection des données personnelles (ou DPO, de l’anglais data protection officer) est le garant d’une utilisation des données personnelles conforme au RGPD. Il est à la croisée de plusieurs domaines : juridique, puisqu’il doit faire appliquer le RGPD ; informatique, car il gère des bases de données numériques ; mais aussi relationnel, puisqu’il est l’interlocuteur de la CNIL, des usagers des services publics, et de ses collègues, qu’il doit sensibiliser au RGPD.

 

« Le diplomate des données »

 

Pour Marie-Thérèse Roux, DPO à l’établissement public territorial Grand-Orly Seine Bièvre, un bon DPO est avant tout un pédagogue. Elle se considère comme une « diplomate des données », qui doit mettre en conformité les services de son administration avec patience et douceur (voir notre article sur les soft skills !). En terme de compétences techniques, « le DPO est un mouton à cinq pattes », rit-elle. Il doit combiner des compétences juridiques, informatiques et de cybersécurité. Cela dit, il n’a pas à être expert en tout : il doit surtout s’intéresser à tout, puis savoir s’entourer des bons profils pour combler ses manques.

 

Comment devenir DPO ?

 

Souvent issus d’horizons techniques ou juridiques, les DPO peuvent évoluer en interne, ou être recrutés pour exercer cette fonction – dans une seule structure ou en mutualisation. Pour acquérir les compétences nécessaires, Marie-Thérèse Roux préconise la formation de quatre mois au CNAM, ou une formation universitaire. Pour des sessions courtes, elle conseille de veiller les formations du CNFPT. Enfin, pour s’initier aux bases du métier et aux enjeux du RGPD, deux sources : le MOOC de la CNIL sur le RGPD (accessible gratuitement), et l’Association française des correspondants la protection des données personnelles (AFCDP), très active.

 

Julie Desbiolles

Soyez la première personne à commenter cet article