Le magazine des carrières publiques

Focus : métiers de la fonction publique

Chargé(e) de l’exécution financière et comptable



S’il est bien un métier qui a de l’avenir dans la fonction publique, c’est celui-là. A l’heure où l’étau financier se resserre de tous les côtés, les compétences en la matière sont recherchées.

Le métier de chargé(e) d’exécution financière et comptable est présent dans toutes les administrations publiques et les collectivités territoriales. Expert de la comptabilité publique, il contrôle et assure les dépenses de sa structure (Etat, collectivités territoriales ou établissements publics). Bien sûr, la rigueur et la méthode sont indispensables. Mais il n’est pas rare que le chargé d’exécution financière et comptable soit aussi force de conseils auprès de l’ensemble des services gestionnaires, inclus ainsi dans une démarche très transversale.

 

La révolution numérique a eu lieu

 

Sa tâche principale vise à veiller à l’application de la réglementation budgétaire en matière d’encaissement des recettes, d’engagement des dépenses mais également d’exécution des marchés publics. Ces vingt dernières années, internet a révolutionné le métier. La chaîne comptable est désormais entièrement informatisée et, depuis le 1er janvier 2019, toutes les pièces administratives sont soumises aux règles de la dématérialisation. Des progiciels de gestion financière assurent l’engagement des dépenses et l’inscription des recettes. La totalité des justificatifs (factures, arrêtés, marchés…) et des mandats sont dématérialisés et transférés, après contrôle, au payeur à travers des flux sécurisés. La paperasse, c’est bel et bien fini !

 

Un travail essentiel à la prise de décision des élus

 

Son rôle est de suivre de très près les données du logiciel de gestion financière dans le but d’établir des tableaux de bord ou tout autre outil facilitant l’analyse budgétaire et traduisant les « tendances ». Un travail essentiel à la prise de décisions des décideurs et des élus. Chaque trimestre, l’évolution des taux d’exécution par rapport aux prévisions engagées dans le budget primitif est suivie de près, pour ajuster le budget au fur et à mesure. C’est face à ces courbes-là que l’évolution de certains postes, comme l’affectation de certaines aides sociales, non-maîtrisables, sont facilement détectées.

 

Quelles sont les qualités pour exercer un tel métier ?

 

Il faut connaître, entre autres, les procédures d’engagement, de liquidation, de mandatements comptables ; maîtriser les nomenclatures comptables ; savoir analyser les tableaux de bord ; et avoir le sens de l’anticipation pour alerter sur certaines évolutions.

 

Formation initiale et complémentaire

 

Pour devenir chargé d’exécution financière et comptable, une formation d’agent comptable ou en lien avec l’acquisition des notions générales de comptabilité est indispensable. Une formation initiale qui est confortée par des modules de formation en comptabilité et en commande publique. A noter que certains masters et formation en bac+5 proposent des enseignements en finances publiques. La plupart des postes ouverts le sont en catégorie B.

 

Comment accéder à ce métier ?

 

Concours externe et interne avec conditions de diplôme et/ou examen d’intégration en fonction du cadre d’emplois, concours troisième voie.

 

Stéphane Menu

Soyez la première personne à commenter cet article