Le magazine des carrières publiques

Focus : métiers de la fonction publique

Carrières ATSEM et agents de la filière animation : des pistes concrètes de redynamisation



Le Conseil supérieur de la fonction publique territoriale vient d’adopter un rapport complémentaire en autosaisine ouvrant la voie à la redynamisation, tant attendue, des carrières des agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles et des agents de la filière animation.

A priori, il s’agit d’un rapport comme tant d’autres. Mais par sa portée administrative et son ambition sociale, le texte adopté le 4 juillet 2018 par le Conseil supérieur de la fonction publique territoriale (CSFPT) envoie -bien au-delà de la seule FPT- un signal fort sur la remise en marche de l’ascenseur social dans les filières les moins valorisées de l’emploi public. Adopté à l’unanimité des suffrages exprimés, le document du CSFPT porte sur les modalités de recrutement et de formation des agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (ATSEM) et des agents de la filière animation. Deux métiers qui n’offraient jusqu’ici que très peu de perspectives d’évolution professionnelle aux agents concernés.

En effet, même si ces personnels jouent un rôle de plus en plus important depuis la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires de 2013, ils restent confrontés à des problèmes de progression de carrière et de débouchés. Une situation qui rend ces métiers peu attractifs et pose bien des difficultés aux managers des services RH.

Un taux de féminisation de 71% au sein de la filière animation

Dans la foulée des deux précédents rapports adoptés en mai 2016 (sur la filière animation) et en février 2017 (sur les ATSEM) le texte voté par le CSFPT dresse un état des lieux des modalités de recrutement (concours, examens professionnels, recrutements directs…) des ATSEM et des agents de la filière animation. Il fait, d’autre part, le point sur la formation professionnelle de ces agents territoriaux.

Parmi les propositions formulées par le Conseil sup’, on retiendra notamment la création d’un cadre d’emplois de catégorie A d’attaché d’animation. Les agents pourraient ainsi accéder aux trois grades d’attaché d’animation. Promotion interne, concours externe ouvert aux candidats titulaires d’un titre ou diplôme du domaine de l’animation homologué au moins au niveau II. Les concours interne sont ouverts aux fonctionnaires et agents publics justifiant d’une certaine ancienneté, et troisième concours. Une mesure qui selon le rapporteur du texte, Didier Pirot (FO, serait susceptible de dynamiser les carrières au sein d’une filière qui compte plus de 81 000 agents (60% de titulaires) et qui se caractérise par la jeunesse de ses effectifs et son important taux de féminisation (71%).

Augmenter la fréquence des concours pour les ATSEM

Concernant les ATSEM, le CSFPT propose de remettre à plat les procédures de recrutement. Augmentation de la fréquence des concours et en inversement de la proportion des postes à pourvoir. Actuellement ils sont réservés pour 60% aux candidatures externes contre 30% pour les candidatures internes. Le nombre de postes ouverts au 3e concours demeurant inchangé.

Par ailleurs, le rapport souligne que l’accès des ATSEM au cadre d’emploi des agents de maîtrise et à la catégorie B « reste à ce jour un chantier à mener ». Parmi les autres chantiers que le rapport propose d’ouvrir, ceux de la formation professionnalisante et des « faisant fonction » sont une priorité. Le CSFPT préconise notamment de donner aux ATSEM la possibilité de s’absenter des écoles pendant le temps scolaire. L’objectif : suivre des formations en étant temporairement remplacés par d’autres agents mis à la disposition des collectivités par les centres de gestion.

Emmanuelle Quémard

Soyez la première personne à commenter cet article