Le magazine des carrières publiques

Actus Recruteurs : RH et Management

« Nous devons sortir de notre microcosme » – interview Marie-France Munier, responsable emploi et concours au CDG de la Moselle



Pour trouver et former des secrétaires de mairie, le CDG de la Moselle a frappé à la porte de Pôle emploi et du CNFPT. Un triptyque qui pourrait être reconduit pour d’autres métiers…

Pour former des secrétaires de mairie, vous avez signé un accord entre Pôle emploi et le CNFPT. Quelle a été la genèse de ce dispositif ?

 

Pôle emploi souhaitait renforcer sa dynamique de recherche du côté de la fonction publique territoriale. Le CNFPT et nous-mêmes sommes confrontés à la nécessité de nous ouvrir à l’extérieur, à sortir de notre microcosme. Nous savons tous que le métier de secrétaire de mairie est actuellement sous tension. Or, dans les dix prochaines années, 42 % des actuelles secrétaires de mairie en place partiront à la retraite. Il est donc nécessaire d’éveiller partout de nouvelles vocations.

 

Comment cet accord s’est-il mis en place ?

 

A la mi-février, Pôle emploi a présélectionné 17 personnes en situation de recherche d’emploi sur le bassin de Montigny-lès-Metz. Le choix s’est porté après des entretiens assez poussés, auxquels le CDG a participés. Les personnes ont été formées pendant deux mois et demi, avec des périodes immersives dans des communes de moins de 2 000 habitants. A ce jour, 8 d’entre elles travaillent et les 9 autres ont des contacts avancés avec des mairies. Outre la sélection des candidats, Pôle emploi a aussi financé la formation, via l’indemnisation des stagiaires.

 

Y aura-t-il un acte II du dispositif ?

 

Nous l’espérons. Nous souhaitons aussi faire la même chose sur d’autres métiers sous tension dans la territoriale, je pense plus particulièrement aux agents techniques polyvalents. Il n’est pas simple de se former aujourd’hui comme secrétaire de mairie parce qu’aucun diplôme n’est reconnue. Mais beaucoup de CDG, comme nous le faisons, ont mis en place des formations diplômantes.

 

 

Stéphane Menu

 

Le conseil de l’interviewée

« La fonction publique territoriale est plus ouverte qu’on ne l’imagine  »

« Nous devons faire encore des efforts pour mieux vendre les métiers de la FPT. Beaucoup de personnes au chômage imaginent que seul le concours permet d’y accéder alors que le recrutement peut se faire plus classiquement via des réponses aux annonces. Je trouve que la territoriale est un formidable laboratoire d’expériences professionnelles et qu’elle offre plus de mobilités et d’évolution de carrière que dans le privé  ».

Soyez la première personne à commenter cet article